Documents F

Les Documents F constituent une documentation des processus participatifs et de moments d’échange avec les villageois, pour les photographies mises en scène et les les situations. Certaines images sont issues d’un premier séjour en 2007, avec des tests d’installation créées en duo avec le photographe Gilles Crampes. Ces documents témoignent aussi de moments de restitution dans le village, comme l’exposition en plein air du Nouvel an 2010, au terme de laquelle les tirages signés ont été offert aux modèles. Un processus généralisé puisque les photographies prises d’eux sont systématiquement tirés et données aux villageois.

The Fluorescent People

(2004 • 2019)

Scenes

Minorité montagnarde tibéto-biemane installée au nord de la Thaïlande, les Lissou s’habillent de tenues dont les teintes fluorescentes déjouent notre tentation de les qualifier de « traditionnelles ». C’est de cette observation qu’est né The Fluorescent People, projet tentant une relecture critique de la photographie ethnique. Construit sur des situations participatives, il hybride deux univers à priori opposés : les habitants d’un village reculé, Ban Sam Kula, se retrouvent envahis par d’étranges installations. Tuyaux de pvc, balles plastiques ou pots de jelly composent un espace futuriste dans lequel les Lissou posent ou interagissent, vêtus de leurs costumes quotidiens.

En cadrant les peuples exotiques dans une réserve de temps et d’espace, le cliché ethnographique leur refuse les métamorphoses de l’ère contemporaine. Déroutant ce formatage, les photographies de The Fluorescent People inversent l’approche documentaire habituellement appliquée aux minorités : au lieu d’archiver des modes de vie en perdition, elles sont pensées comme des fictions mettant en perspective la globalisation telles que s’y projettent les Lissou. Elles procèdent pour cela d’une observation participative de leur culture animiste, chaque image en problématisant les mutations : consommation alimentaire, mode, agriculture chimique, trafic d’amphétamines, connexion aux réseaux, exode rural et structure familiale.

Produit de plusieurs années de contacts, de six semaines d’immersion en solo à Ban Sam Kula, et prolongé par des échanges sur les réseaux sociaux, ce projet associe aux images mises en scène des pièces témoignant d’interventions lors du jour de l’an lissou en 2010 et 2016 : performance, situations participatives et artefacts. The Fluorescent People a fait l’objet d’expositions personnelles au Museum Siam, à Bangkok (2011), au Museum d’histoire naturelle de La Rochelle (2012) et, en dialogue avec Marc Augé, à la Friche La Belle de Mai à Marseille (L’anthropologue et le photographe, Printemps de l’art contemporain 2017).


Situations

Trois situations participatives ont été mises en place pendant le Jour de l’an lissou de Ban Sam Kula en 2010. Pour Situation #1 The Sky Fire Tree, une installation lumineuse de canalisation PVC et de tubes fluorescents entourait un arbre aux esprits autour duquel les Lissou dansent. Les photographies la documentant sont montrées en mur d’images projetées à défilement lent. Situation #2 Exorcising Ghosts est une performance dans laquelle, inversant le contrôle photographique habituel, ce sont les villageois qui photographient l’artiste occidental en train d’être emballé par eux dans du vinyle. La figure évoque ainsi aussi bien un produit de consommation que, pour eux, un fantôme à chasser. Les 36 vues successives de la performance sont montrées en diaporama sur écran. Situation 3 #, un studio photographique, est devenue un série spécifique, Studio Tang Daw.


Studio Dang Daw

Studio Tang Daw (Studio des étoiles) est un studio de portraits proposé aux habitants de Ban Sam Kula lors de leurs célébrations du Nouvel an en 2010 et 2016. Pour cette situation participative, les villageois étaient invités à se faire photographier devant un tissu turquoise imprimé d’étoiles, très tendance alors dans leur culture.

Les portraits documentent les évolutions du costume des Lissou, qui, avec créativité, métamorphosent leurs tenues traditionnelle en y introduisant textiles et accessoires de la mode globale. Manifestant leur capacité à s’inventer une modernité hybride, ils les campent non comme figés dans le passé, mais comme nos contemporains, reliés aux mêmes réseaux. Lors de deux expositions – L’anthropologue et le photographe à la Friche La Belle de Mai en 2017 et French Connection à la Bangkok University Gallery en 2018, la série a été exposée sous la forme d’un nuage d’images, invitant à lire l’identité actuelle des Lissou comme le produit d’échanges connectés.

Dans Studio Tang Daw, une minorité dite «traditionnelle» apparaît ainsi comme un peuple en mutation, presque extra-terrestre. En thaïlandais, manut tang daw signifie «humanité des étoiles».


Artefacts

Mises en scène photographiques et situations se sont accompagnées de la production de deux pièces tridimensionnelles et d’une installation. Artefact #1 - The Jelly Dress, est une robe lissou sur les épaules de laquelle, avec l’aide de la couturière Asw-ma Ta-mi, ont été ajoutés deux pots de jelly, dessert industriel apprécié des villageoises. Artefact #2 – The Communication Headdress, est une coiffe de femme à laquelle ont été ajoutées diverses pièces mécaniques et électroniques (câbles, diodes, circuits de PC…). Artefact #3 est l’installation lumineuse ayant servi à la situation The Sky Fire Tree.


Documents relatifs


ESSAI

2017
François Saint Pierre
“L’anthropologue et le photographe”

ENTRETIENS

2017
Entretien, Pascal Beausse – Marc Augé
Sur L’anthropologue et le photographe
La Friche La Belle de Mai, Marseille

2015
Interview, Klaus Fruchtnis – Marc Lathuillière
“A Stereotype Hunter”
Urbanautica.com

PRESSE

2018
BANGKOK POST - Bangkok,
The Thai-French Connection, critique d’exposition par Apipar Norapoompipat

2017
PARISART.COM - Paris,
L’anthropologue et le photographe, critique par François Salmeron

2011
BANGKOK 01
Portfolio de la série Fluorescent People

2011
BK – Bangkok,
Interview sur la série Fluorescent People (anglais)

2011
BLINK – Séoul, printemps 2011
Interview et portfolio des séries Musée National et de Fluorescent People (anglais)

PUBLICATIONS

2018
French Connection, catalogue, Ambassade de France en Thaïlande

Expositions


Actualités

Avril 2021

14 avril 2021, vernissage par avatar de Bleu mémoire, IIIe et dernier Acte de Tous en Mème, exposition en trois actes de l’Institut Français d’Irak sur Artsteps.com
De 17 à 21 h (heure de Paris), en présence de l’artiste, de Emmanuelle Hascoët, commissaire (Fovearts) et de Nicolas Balaine (graphiste). Exposition du 7 avril au 31 mai 2021

Nourrir le corps nourrit l’esprit, CAC Meymac, Abbaye Saint-André, centre d’art contemporain de Meymac, 3 avril au 20 juin 2021, exposition collective, commissaire Jean-Paul Blanchet

Mars 2021

Entracte, 4 mars 2021, vernissage par avatar de Gris Mémoire, l’Acte II de Tous en Même, exposition en trois actes de l’Institut Français d’Irak sur Artsteps.com
De 18 à 21 h, en présence de l’artiste et de Emmanuelle Hascoët, commissaire (Fovearts). Exposition du 8 février au 7 avril 2021

Février 2021

Résidence, Centre Intermondes/Maison des écritures, La Rochelle, écriture sur le projet Territorisme

Décembre 2020

Tous en Même, Institut Français d’Irak, exposition virtuelle en trois actes sur Artsteps.com.
Acte I, Rouge Rideau : Visio-conférence d’ouverture, 9 décembre 2021, en zoom avec l’auditorium de l’IF de Bagdad, Emmanuelle Hascoët, commissaire, Nicolas Balaine, graphiste et l’artiste.

Novembre 2020

Projet Mater, lauréat de la bourse art et science Experimentation 2020, La Diagonale,
Université et ENS Paris-Saclay, en équipe avec la mathématicienne Agnès Desolneux

Octobre 2020

Crecer, Resistir, exposition personnelle, Sorbonne ArtGallery, Centre Panthéon de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du 6 octobre au 16.11 2021
Conférence inaugurale le 7.10.2021 avec Julien Petit, conservateur au MAMU, Bogota, et PBI (Peace Brigades International)